Avez-vous besoin de colère pour soutenir votre participation politique ?

Essayer de calfeutrer notre colère peut avoir pour effet collatéral de nous rendre moins enclins à nous engager dans un activisme politique.

L’élection de Donald Trump a mobilisé de nombreux Américains. Que ce soit à gauche pour protester contre sa politique d’immigration ou à droite pour défendre les monuments de la Confédération, les Américains semblent s’engager pour que leurs voix soient entendues par leurs représentants politiques.

C’est probablement une bonne chose. Plus les gens s’engageront dans la démocratie par le biais de manifestations, du bénévolat ou du vote, plus notre démocratie sera représentative. Mais, bien que l’activisme accru soit encourageant, il y a encore beaucoup d’Américains qui restent désengagés, pensant peut-être que la politique n’est pas tellement pertinente dans leur vie quotidienne ou que le système est trop corrompu pour être modifiable.

Que pouvons-nous faire pour aider à motiver les gens vers plus d’engagement ? Selon une nouvelle étude, il pourrait être nécessaire de réduire notre colère pour apaiser nos émotions négatives.

La colère comme facteur de motivation

Dans plusieurs expériences, Brett Ford, chercheur à l’Université de Toronto, et ses collègues ont étudié comment les personnes qui avaient voté pour Hillary Clinton en 2016 avaient utilisé l’outil de gestion des émotions «réévaluation» pour calmer leur colère, leur tristesse, leur peur ou leur dégoût.

Ils ont mesuré la réévaluation (ce qui implique de reformuler les problèmes sous un jour plus positif) en demandant aux participants à quel point ils étaient d’accord avec des affirmations du type «Pour gérer mes sentiments à l’égard des élections, j’ai réinterprété le sens de la situation de manière plus neutre et moins négative ». Ensuite, ils ont mesuré l’action politique en examinant les intentions des personnes à s’engager ou leur engagement réel dans différentes formes d’activisme – comme faire un don à des causes politiques, faire du bénévolat pour des campagnes, participer à des défilés ou publier du contenu politique sur les médias sociaux. Leurs résultats ont montré que les personnes qui utilisaient la réévaluation pour se sentir mieux avaient tendance à avoir moins l’intention de s’impliquer politiquement et à être moins impliquées dans des causes politiques réelles plus tard.

Cependant, comme il était difficile de prouver une relation de cause à effet, ils ont mené une autre expérience dans laquelle ils avaient assigné au hasard certains participants à prêter une attention particulière à leurs émotions (un groupe témoin) et à donner à d’autres des instructions sur l’utilisation de la réévaluation pour contrer les émotions négatives. Ensuite, après avoir visionné une vidéo induisant de la colère contre Donald Trump, les chercheurs ont mesuré leur intention de s’engager dans diverses formes d’action politique. Les résultats ont montré que, par rapport au groupe témoin, les personnes qui réussissaient à utiliser la réévaluation avaient moins tendance à vouloir s’engager politiquement.

Pour Ford, ce résultat n’était pas surprenant.

« Les recherches en psychologie politique nous ont appris que les émotions négatives sont l’un des prédicteurs les plus robustes de l’action politique », dit-elle. « Donc, logiquement, si les gens sont capables de changer leurs sentiments avec succès en utilisant des stratégies de régulation des émotions telles que la réévaluation, il est plausible que cela se traduise par moins d’action. »

Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle pense que la réévaluation est mauvaise. En tant que chercheuse qui étudie le bien-être psychologique, elle comprend pourquoi les gens voudraient diminuer leurs émotions négatives. Mais elle veut que les gens comprennent que l’apaisement émotionnel peut avoir un coût.

« Les gens vont naturellement essayer de protéger leur bien-être émotionnel, mais il pourrait y avoir des compromis importants », explique-t-elle. « La réduction des émotions négatives semble avoir des implications pour l’action et l’engagement dans la politique. »

La colère est-elle soutenable ?

Cela signifie-t-il que nous devrions essayer de nourrir notre colère plutôt que de la diminuer ? Ford n’en est pas si sûr. Elle soutient que la colère prend différentes formes – frustration, irritabilité, indignation – et que cela peut amener les gens à bien se comporter ou mal se comporter, en fonction de leurs ressources et de leurs compétences personnelles.

De plus, ajoute-t-elle, il pourrait exister des moyens d’apaiser nos émotions négatives et de rester actifs en même temps. Bien que Ford ne soit pas au courant des recherches soutenant une méthode particulière pour y parvenir, elle suppose que des approches basées sur l’acceptation pour gérer les émotions – comme la méditation de pleine conscience – pourraient fonctionner. Et, étant donné que des recherches antérieures suggèrent que la pleine conscience mène à une plus grande régulation des émotions et à un comportement bon et utile, elle pourrait peut-être nous aider à atteindre les deux buts.

« La pleine conscience est quelque chose qui nous intéresse beaucoup », déclare Ford.

Ford veut également s’assurer que la réévaluation ne soit pas mal vue. Elle voit des avantages dans certains contextes conflictuels, comme lorsque votre objectif est de mieux apprécier ou comprendre le point de vue des autres. Elle cite le travail d’Eran Halpern, qui a constaté que l’utilisation de techniques de réévaluation avec des Israéliens les aidait à être moins rigides sur le plan politique et à devenir plus disposés à fournir une aide humanitaire aux Palestiniens touchés par les conflits israélo-palestiniens.

« Ainsi, le recours à la réévaluation dépend de la nature du conflit et des actions à prendre pour y remédier », dit-elle.

Il est également possible que la colère ne soit pas le seul carburant émotionnel pour une action politique, dit-elle. Les recherches de Halpern ont également montré que l’espoir et l’empathie pouvaient être des facteurs de motivation pertinents dans les conflits. « L’espoir pourrait être un moyen d’agir, car vous avez peut-être plus de chances d’agir quand vous pensez que le changement est possible », dit-elle.

Et la réévaluation – ou d’autres moyens d’apaiser la colère – pourrait avoir un impact positif sur le militantisme que son étude n’a pas évalué, dit-elle. Par exemple, bien que la colère puisse nous motiver à court terme, une implication politique soutenue pourrait nécessiter plus de gestion émotionnelle pour prévenir l’épuisement professionnel.

« Il est utile de penser que l’activisme politique est un marathon et non un sprint », dit-elle. « Les stratégies qui vont être utiles pour le sprint peuvent ne pas être les mêmes que celles qui sont utiles pour un marathon. »

Où cela nous mène-t-il ? Étant donné que réduire notre colère peut nous amener à être moins engagés politiquement, du moins à court terme, ceux d’entre nous qui souhaitent rester politiquement actifs devraient accorder une plus grande attention à cet effet secondaire potentiel de maîtrise de la colère et prendre des mesures pour y remédier. Peut-être que l’écoute et l’acceptation plus complète de nos émotions, plutôt que d’essayer de les arrêter, pourraient nous aider à nous guider.

« La mesure dans laquelle les gens choisissent de ressentir des émotions quand elles sont utiles – même des émotions désagréables – pourrait avoir des implications importantes pour nous tous. »

By Jill Suttie | October 8, 2018

Publié an anglais sur

https://greatergood.berkeley.edu/article/item/do_you_need_anger_to_sustain_your_political_participation

Publié par

Hadelin de Beer de Laer

Habitant d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, heureux papa et compagnon, écologiste convaincu, oenophile, joggeur, enseignant, chercheur, et le reste à découvrir...

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.